Home → Statistiques → Intérimaires → 2008

2008

Après 2 années de stagnation au niveau des chiffres des accidents du travail, 2008 a pu renouer avec la tendance à la baisse et atteindre des taux de fréquence et de gravité des accidents les plus bas depuis que des statistiques existent en la matière.

 

A la suite de la crise économique qui sévit depuis l’été 2008, le secteur accuse une baisse globale de l’activité de l’ordre de 3,3%.  Une distinction est à faire entre les ouvriers qui sont les plus touchés avec une diminution de 7,5 % et les employés qui connaissent encore une croissance de leur activité (+4%) en 2008. 

 

Le taux de fréquence a diminué de 9%, ouvriers et employés confondus.

Le taux de gravité réel a diminué de 6,5%, ouvriers et employés confondus.

 

Par rapport à 2000, les taux de fréquence des intérimaires ont diminué de 38 % et leur taux de gravité de 32%.

 

Quels sont les facteurs favorisant les accidents du travail ?

  • L’âge des victimes est un des 3 facteurs expliquant la grande différence au niveau de la fréquence des accidents entre les intérimaires et les autres travailleurs. Les « -de 30 ans » représentent 50 % des intérimaires et 60% des accidents. Dans la population active, ils représentent 26% avec 35% des accidents.
  • La profession : 62% d’intérimaires exercent un travail d’ouvrier, alors qu’ils représentent 45% de la population globale active. De plus certaines professions à risque sont surreprésentées par les intérimaires.
  • L’intégration et la rotation des intérimaires : les accidents arrivent davantage au début d’une mission et quand on sait que les intérimaires changent plus de travail que le personnel fixe en général, ils courent plus de risques d’avoir un accident.

Conclusion

 

Ces chiffres traduisent les efforts du secteur au niveau de la sécurité et la santé des intérimaires, population plus encline à subir des accidents du travail. Ces efforts devront être poursuivis et intensifiés en 2009. En effet, crise financière oblige, la campagne 2009 devra attirer l’attention sur le fait qu’il faut lutter contre l’impact négatif que la crise pourrait exercer sur la santé et la sécurité au travail des intérimaires.

 

Les mesures de sécurité et de santé au travail pourraient être le premier domaine où s’applique une politique de restriction avec pour conséquence une augmentation du nombre d’accidents, de maladies. Pourtant, c’est justement le moment, en temps de baisse de régime, de former un plus grand nombre d’intérimaires à la sécurité et la santé pour renforcer et consolider la santé de l’entreprise.

 

 

En savoir plus