Home → Statistiques → Intérimaires → 2010

2010

Accidents de travail des intérimaires en 2010

Après que les chiffres des accidents du travail aient connu une tendance constante à la baisse pendant ces dernières années, l’analyse récente présente pour les chiffres de 2010 un statu quo par rapport à 2009. Dans un même temps, tous secteurs confondus ont eu recours en 2009  à 14% d’intérimaires de plus qu’en 2009. En tenant compte des chiffres des accidents du travail obtenus dans le passé, la reprise économique et le statu quo des chiffres en 2010, nous permettent de conclure pour le secteur intérimaire, à des résultats  positifs. Pour 2011, Prévention et Intérim poursuivra à veiller, à l’aide d’actions et de campagnes ciblées, que la prévention et la protection des intérimaires sur le lieu de travail demeure garanties, avec pour première priorité la prévention des accidents du travail.

Quelques chiffres

160,8 millions d’heures furent prestées par intérimaires (y compris par des étudiants jobistes) dont 61,3% par des ouvriers et 38,7% par des employés. Bien que le secteur intérimaire dans sa totalité ait connu une reprise, la hausse parmi les ouvriers (+20,3%) a été plus importante ou parmi les employés (+6,1%).
En 2010, 17 intérimaires sur 1000 furent victime d’un accident du travail avec au moins un jour d’incapacité de travail et 1,5 intérimaire sur 1000 subirent une incapacité permanente suite à un accident sur le lieu de travail. Etant donné qu’en général la mission des intérimaires ne porte pas sur une année complète (ceci peut varier d’une journée à une année complète), cette proportion est bien entendu plus basse que la moyenne de la population active dans laquelle 33 travailleurs sur 1000 subissent chaque un accident entraînait au moins un jour d’incapacité de travail.

Graphiques: taux de fréquence et de gravité

En 2010 le taux de fréquence a baissé tant pour les ouvriers que pour les employés mais la différence par rapport est minime. Le taux de gravité connait une évolution analogue en ce qui concerne le taux de gravité réel.