Home → Statistiques → Jobistes → 2013

2013

Accidents du travail jobistes-intérimaires 2013

En 2013, 191.015 étudiants ont exercé un travail de jobiste par l’intermédiaire d’une agence d’intérim et ont presté ensemble 21.092.318 heures. Ceci représente pratiquement un statu quo par rapport à 2012 (à peine 1,3 % d’augmentation), ce qui correspond bien à la tendance générale pour l’ensemble du groupe des intérimaires, qui af?che lui aussi un nombre d’heures prestées en stagnation en 2013 (avec une baisse minime de -0,7 %).

 

En 2013, par rapport à 2012, le taux de fréquence des accidents du travail des jobistes a diminué de 14,8 % et le taux de gravité de 15,8 %.

 

Si l’on compare à 1999, bien que le nombre de jobistes ait plus que doublé en 2013, le taux de fréquence a baissé de 76 % et le taux de gravité de 74 %.

 

Le nombre d’heures prestées par contrat, et donc par jobiste, est resté stable en 2013 (110,42 heures). Les années précédentes, ce nombre n’avait cessé d’augmenter, passant de 80 heures par contrat en 2010 à 110,5 en 2012, soit une hausse remarquable. Cette évolution favorable en 2012 est sans aucun doute liée à l’assouplissement de la législation permettant aux jobistes de travailler 50 jours par an en béné?ciant de cotisations sociales avantageuses. Ce changement a immédiatement produit un effet positif maximal, lequel ne s’est plus renforcé en 2013.

 

1,85 étudiants-jobistes sur 1000 ont eu un accident du travail en 2013 (depuis 2011, on tient compte des accidents avec au moins 1 jour d’incapacité, soit le même mode de calcul que pour les autres intérimaires et travailleurs).

 

Entre les différents groupes d’âge, les grandes différences dans le taux de fréquence et de gravité n’ont cessé de s’estomper au cours des dernières années. Il arrive qu’une catégorie se démarque temporairement. On observe ainsi une légère dégradation en 2011 parmi les -18 ans, mais les chiffres se sont entièrement rétablis en 2012 et sont restés stables en 2013. Les +18 ans ont af?ché des résultats un rien supérieurs et ont enregistré en 2013 une baisse des taux de fréquence et de gravité de -15,3 % et -16,7 % respectivement.