Home → Thèmes → Risques au travail → Chaleur

Chaleur

Chaleur d'été, température, WBGT

Quelles mesures faut-il prendre l'été, lorsque les températures deviennent trop élevées sur les lieux de travail ?

 

Températures maximales

 

Les températures maximales sur les lieux de travail sont fixées dans l’A.R. du 4 juin 2012 relatif aux ambiances thermiques. Contrairement à ce que l'on pense souvent, la température ne doit pas être mesurée à l'aide d'un thermomètre ordinaire mais bien à l'aide d'un "thermomètre WBGT". Celui-ci détermine la sensation de chaleur sur les lieux de travail en tenant compte non seulement de la température mais également sur la base d'autres facteurs, tels que le rayonnement, la vitesse de l'air et le degré d'humidité. En pratique, un thermomètre ordinaire indiquera toujours des températures plus élevées qu'un thermomètre WBGT.

Les risques par une température élevée sont:

  • Déshydratation (la perte hydrique peut représenter max. 3 % du poids du corps);
  • Hyperthermie (température corporelle supérieure à 35 °C);
  • Crampes de chaleur (contraction musculaire due à la perte en sodium au niveau des muscles, en raison de la transpiration);
  • Syncope due à la chaleur (chute de la tension sanguine);
  • Coup de chaleur (blocage soudain de la transpiration, accompagné d’une hausse brutale de la température corporelle);
  • Contrainte immédiate (situation de travail dans laquelle la température corporelle du travailleur peut augmenter de 1 °C dans les 30 minutes).

Nature du travail

Les températures maximales autorisées par la loi varient en fonction de la nature du travail. On distingue le travail très léger et le travail léger, le travail semi-lourd et le travail lourd. On considère généralement le travail assis comme travail (très) léger, alors que le travail manuel, tel que la manutention de charges, est considéré comme travail (semi-)lourd. 

On parlera, pour un travail (très) léger, de température excessive lorsqu’elle dépasse l’indice WBGT (ce qui correspond, selon l’humidité dans l’air, à une température entre 32 et 38 °C). Pour le travail semi-lourd et lourd, les indices sont respectivement de 26,7 et de 25 (ce qui correspond à des températures maximales entre 26 et 30 degrés, selon l’humidité dans l’air).

Valeurs d’action et valeurs limites d’exposition pour la température

 

(Code, Titre IV, Chapitre II, Art. 5) :

Froid : Minimum (mesuré avec un thermomètre humide)Chaleur : maximum (WBGT, mesuré ou calculé)
Travail très léger (<117 watt)18 °C29
Travail léger (117-234 watt)16 °C29
Travail moyen (235-360 watt)14 °C26
Travail lourd (361-468 watt)12 °C22
Travail très lourd (>468 watt)10 °C18

fileadmin/user_upload/DOCS/Themes/risques/NOF06161.doc

 Il n’existe pas dans la législation de valeurs limites pour l’humidité de l’air et la vitesse de l’air. Il y est fait référence de manière générale à des “normes scientifiques concernant l’humidité de l’air”.

Mesures de prévention

Si la température des lieux de travail dépasse ces maxima, l'employeur est tenu de prendre certaines mesures.

  • veiller avant tout à ce que les travailleurs ne soient plus exposés directement au soleil grâce à des écrans de protection.
  • mettre gratuitement à la disposition du personnel des boissons rafraîchissantes à proximité immédiate des lieux de travail
  • dans les 48 heures, prévoir une ventilation artificielle.

Si ces mesures se révèlent impossibles ou insuffisantes, l’employeur doit écourter la durée d’exposition à la chaleur. Il devra donc alterner temps de travail et temps de repos complémentaires. Leur durée et leur fréquence varient en function de la nature du travail et ont également été fixées dans l’A.R. du 4 juin 2012 (voir Code, Titre IV, Chapitre II). 

 

Compte tenu des valeurs d’action et de la nature du travail les temps de repos sont fixés comme suit :

Alternance du travailValeur de l’indice WBGT
Travail légerTravail mi-lourdTravail lourdTravail très lourd
45 min. travail – 15 min. repos29,5272319
30 min. travail – 30 min. repos302824,521

 

En cas de dépassement des températures maximales, l’employeur se fait conseiller par le conseiller en prévention-médecin du travail et en parle avec le Comité de prévention  et de protection au travail ou, à défaut, avec la délégation syndicale. 

 

Les travailleurs sont soumis à une surveillance de la santé appropriée lorsque :

  • du fait de leur travail quotidien normal, ils sont exposés régulièrement pour des raisons technologiques à une chaleur dépassant les valeurs d’action;
  • quand ils sont occupés habituellement à l’extérieur.

 

 

 

Suivant l’A.R. du 4/06/2012, art. 6, P. 1, 7° l’employeur mettra à la disposition des travailleurs, sans frais, des boissons froides et chaudes appropriées.

 

Plus d’information :

1. Législation

Code, Titre IV, Chapitre II

 

2. Normes pour les périodes repos/travail

NBN EN ISO 7243,

NBN EN ISO 7933,

NBN EN ISO 9886.