Les étudiants jobistes

Les employeurs ne sont pas autorisés à exposer les étudiants, également appelés étudiants jobistes , aux risques. Certains emplois dangereux sont même interdits. Le code du «bien-être au travail» contient un chapitre distinct relatif à la protection des jeunes sur le lieu de travail.

Prévention et Intérim a regroupé la législation entourant la protection des étudiants au travail et l'a organisée dans un aperçu clair au sein de la circulaire CIF 2014 02 Protection des étudiants jobistes.

Agence intérim

Prevention et Intérim a collecté les informations les plus importantes sur www.jesuisjobiste.be : une explication de la législation, un guide pratique, du matériel de sensibilisation et de conseils de prévention simples adaptés aux étudiants.

Vous trouverez également un guide pratique avec des exemples concrets tirés de cas réels.

Les agences d'intérim trouveront gratuitement sur www.jesuisjobiste.be des informations relatives au travail en toute sécurité:

  • Dossiers de contrat avec une brève explication de la répartition des rôles entre le jobiste étudiant, l'utilisateur et l'agence d'intérim
  • Sensibilisation via des affiches
  • Gadgets (bouchons d'oreille, lunettes de soleil, testeur UV, etc.)
  • Carte de signalisation de sécurité
  • Etc.
Jobiste étudiant - intérimaire

Les jobistes étudiants trouveront sur www.jesuisjobiste.be les risques les plus communs et les conseils de prévention associés pour de nombreux emplois dans les restaurants, la vente, le nettoyage, la production et la logistique, l'administration.

Connaissez-vous les risques du travail si vous travaillez en tant que jobiste?

Entreprise utilisatrice

La base pour déterminer si un étudiant est autorisé à effectuer un certain travail est l'analyse de risques (elle doit être faite au préalable par l'utilisateur).

L'analyse de risques pour les potentiels étudiants jobistes doit prendre en compte la santé physique et mentale des jeunes, le manque d'expérience, le manque de conscience face à des risques de sécurité, le manque d'éducation, etc.

Cette analyse de risque devrait inclure les éléments suivants:

  • l'équipement et la disposition du lieu de travail et du poste de travail ;
  • la nature, l'intensité et la durée de l'exposition à des agents chimiques, physiques et biologiques ;
  • les agents et l'équipement de travail utilisés (par exemple, les machines et leur fonctionnement) ;
  • l'organisation du travail ;
  • le niveau de formation et d'éducation de l'étudiant.

L'utilisateur soumet le résultat de l'analyse du poste de travail au comité PPT pour avis. Il peut être conseillé de ne pas faire occuper certains postes de travail et certaines fonctions par des étudiants.

Sur la base de cette analyse, l'utilisateur doit également déterminer les mesures préventives.
L'une de ces mesures pourrait consister en l'interdiction d'une tâche aux étudiants, par exemple parce que le travail est interdit par le code X-3 - Les jeunes au travail (voir ci-dessous).
D'autres mesures pourraient, par exemple, ne faire exécuter
par un étudiant jobiste qu'une partie du travail ou seulement en présence de personnes expérimentées, ou uniquement après une formation supplémentaire.

Le résultat de cette analyse de risque doit être communiqué par l'utilisateur à l'agence d'intérim via la fiche poste de travail.